La Liberté

Course folle à l’armement: l’argent va manquer ailleurs

Robert Ayer, Rossens

Publié le 07.05.2024

Temps de lecture estimé : 1 minute

L’argent, les progrès de la science, l‘évolution technologique devraient aujourd’hui offrir à tous ce pouvoir de bénéficier d’une qualité de vie décente. Un pouvoir peut-être inégalé dans toute l’histoire de l’humanité pour le meilleur et pour le pire. Le meilleur pour les chanceux et le pire pour ceux qui sont encore en attente d’un monde qu’ils veulent changer et rendre plus solidaire. Mais peut-il changer?

Peut-être sur les bancs de l’école déjà, où comme le rêvent les vrais pédagogues, tous les petits des hommes devraient bénéficier d’une pédagogie ouverte sans tous ces carcans de notre époque. Où leur serait transmis le savoir, mais aussi proposé une recherche de sens pour s’ouvrir aux grandes questions de l’existence. Nos jeunes ayant quoi qu’on en dise encore ce besoin d’absolu pour croire à un idéal qui les inspire. Dans le monde du travail, il y aurait d’autres choix à faire que de se résigner à accepter la révolution technologique et la mondialisation qui ne font pas que des heureux. Céder à cette résignation serait renoncer à notre humanité.

Pour donner à ce monde une orientation plus équitable, nos politiciens devraient prendre conscience que ce qui manque aujourd’hui à la politique, c’est cette vision intérieure qui mène à plus de solidarité. Qui conduit aussi à un regard bienfaisant sur l’homme, comme l’avaient naguère de grands artisans de paix. Se considérant comme neutre, notre pays devrait logiquement renoncer à participer à cette course à l’armement qui engloutit tout l’argent qui serait nécessaire pour éradiquer toutes les misères du monde. Seul moyen digne de l’homme pour éviter de nombreux conflits.

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11